Make your own free website on Tripod.com

Église Orthodoxe Occidentale du Canada

Accueil- Célébration des Mariages | Ministère le Transit Montréal | Le Saint Synode et Missions | Histoire de notre Juridiction | Droit Canon | Sanctoral | Histoire de l'Orthodoxie Occidentale | Nouvelles-Saint(s)(es) | Institut de Théologie Sainte Trinité de Montréal | Liturgie des Gaules | Nous rejoindre | Liens
Droit Canon

christianisme
christianisme

christ_and_emperors.jpg

Le pédalion est le recueil des canons des Églises Orthodoxes promulgués par les sept grands conciles oécuméniques et de certains synodes particuliers. Son authenticité se réclame de l'Église chrétienne instituée par le Christ (Mt 18) mais ne constituent pas en eux-mêmes des énoncés doctrinaux. Il serait trop facile d'indiquer les nombreuses variations et discordances entre ceux-ci sans nous préoccuper du but, de l'histoire et du développement du droit canonique dans l'Église.

 

La législation ecclésiale existe pour sauvegarder l'Église contre des intérêts supérieurs et des innovations arbitraires. Cependant, le but recherché des saints canons n'est pas une obéissance aveugle et une observance légaliste des fidèles, mais bien plutôt, une garantie de leur liberté spirituelle. Les canons diffèrent de la loi séculière du fait qu'ils proviennent d'une volonté divine de l’existence de l'Église sur la terre. Conséquemment, le droit canon est en relation directe avec la réalité salvifique; dans le temps il tend vers l’éternité, et ses buts incluent l’éclaircissement de la conscience humaine et son action dans l’Église Universelle.

 

Lorsque le Christ confia la réalité de l’Église à  l’être humain dans toute sa fragilité, il la pourvu aussi des moyens pour la sauvegarder en ce monde. Ces nécessités incluent son organisation interne initiale et aussi sa capacité à demeurer dans l’orthodoxie et l’orthopraxie de la foi de tous les membres. Cette série de règles se nomme droit canonique, dérivant du mot « Kanones » (en français canon) par lesquels les fidèles vivent en communauté de foi. Ainsi, l’Église comme communauté de foi se présenta comme une réalité juridictionnelle, d’où le mot juridiction, mais dépasse le terme simplement légaliste de la loi et ne la réduit pas à une réalité purement institutionnelle et séculière.

 

Le Christ lui-même institua certains éléments rudimentaires dans cette juridiction. Si son action se situa dans la prédication de la Bonne Nouvelle, il ne laissa pas cette prédication à une interprétation arbitraire de celle-ci. Il assigna cette tâche à un groupe divinement choisi assurant ainsi un choix délibéré et guidé par l’Esprit Saint. Il les assura de l’autorité nécessaire pour conduire cette communauté de foi et la faire progresser à travers le monde comme lui-même avait débuté la proclamation de l’Évangile. Par exemple, la décision de remplacer Judas par Mathias et l’établissement des critères d’entrer dans l’Église constituent le début du droit canonique.

Comme l’Église s’étendit rapidement à travers l’Empire Romain et au-delà de celui-ci, l’organisation initiale de l’Église dû s’adapter et changer rapidement. La hiérarchie ecclésiastique se développa, le statut du croyant dans la communauté et dans la société dû être développé, toujours selon les enseignements du Christ, et l’Église due s’ajuster continuellement aux nouveaux défis posés par les nouvelles cultures séculières et religieuses des nouveaux croyants.

 

Malgré l’organisation rudimentaire de l’Église primitive, tous les éléments juridictionnels étaient présents. Les apôtres investis d’autorité par le Christ produisirent des règles et demandèrent leur stricte adhésion (voir lettre de Saint Pierre et de Saint Paul). Dès le début, des conciles furent convoqués afin de résoudre les conflits doctrinaux qui auraient pu miner l’existence même de l’Église; les Conciles Oécuméniques n’hésitèrent pas à imposer des sanctions contre ceux qui menaçaient l’unité de la Foi de l’Église.

 

Cependant, l’Église ne doit pas être identifiée à ces canons car son mystère relève du mystère même du Christ. Elle célèbre ce mystère dans sa liturgie et dans sa théologie comme le corps mystique du Christ .Nous ne pouvons confondre la Saint Évangile et le Pédalion, la théologie dogmatique et la législation, et la morale chrétienne avec la jurisprudence. La loi de l’Église est particulière parce qu’elle est au service d’un mystère plus grand; elle est au service communauté des croyants afin de les faire grandir spirituellement et qu’ils atteignent la « pleine stature du Christ ».

Le Pédalion

Droit canon de l'Église Orthodoxe Occidentale du Canada